Communiqués de presse

Image
Fuchs im Siedlungsraum
La pollution lumineuse influence notablement un grand nombre d’espèces animales, dont les mammifères sauvages et les insectes (Sierro, 2019). Si une influence négative est connue sur de nombreuses espèces de chiroptères, des effets comparables sur les mammifères terrestres sont supputés, mais pas démontrés (Hale & Arlettaz, 2019). On sait toutefois que plusieurs espèces ou groupes d’espèces de mammifères à activité nocturne ont un comportement luminophobe (c’est-à-dire évitant les sources de lumière), comme par exemple le hérisson, les gliridés (loir, lérot et muscardin) ou les grands rongeurs (castor, rat musqué, rats noir et surmulot). De nombreuses espèces à activité journalière polyphasique recherchent l’obscurité durant leurs phases d’activité nocturne, craignant les dérangements identifiés en tant que risques de prédation par l’homme. Font partie de cette catégorie plusieurs grands mammifères comme des ongulés (chevreuil, cerf élaphe, sanglier), des carnivores (lynx boréal, loup, renard, blaireau, martre des pins) ainsi que le lièvre brun.